Livre 1 Prologue 4/? - Si la vie était encore comme lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois

Tôt le lendemain matin, la lumière du soleil a chassé les loups pourris jusqu'à leur tanière. Cependant, des vents frénétiques ont commencé à siffler, apportant avec eux des roches et du sable de la taille d'un poing. À l'ouest des mines se trouvait un désert stérile qui s'étendait à perte de vue. Les roches rouges ardentes ont été transformées en piliers de pierre criblés de trous. On ne pouvait voir que quelques plantes courtes couvertes de pointes, et autour de leurs branches et feuilles se trouvaient quelques baies des sable vénéneuses. Les scorpions de roches et les énormes guêpes à ventre noir étaient extrêmement mortels, mais le plus dangereux était qu'il n'y avait pas d'eau ici. Même des eaux usées remplies de radiations ne pouvaient pas être trouvées ici.

 

Quand les scorpions se sont tous cachés dans des fissures pour éviter la lumière du soleil, un jeune est apparue au bord du désert. Tout son corps était recouvert d'une couverture, et ses bras complètement bandés menaient un petit enfant enveloppé de la même façon dans une couverture noire.

 

Sous les yeux des scorpions, deux figures, l'une grande et l'autre petite, marchaient lentement main dans la main vers les profondeurs du désert. Soudain, une tempête frénétique s'est mise à souffler sur la couverture recouvrant la tête du petit enfant. Une tête grise, de longs cheveux comme de la soie, éparpillés vers le bas. Sous la lumière du soleil, il a libéré des dizaines de milliers de stries d'un éclat éblouissant.

 

Le jeune homme arrêta ses pas et ramassa soigneusement ses longs cheveux avant de recouvrir à nouveau son visage avec la couverture. Il a ensuite repris sa main pour continuer à marcher dans les profondeurs du désert.

 

Ils ont continué ainsi pendant une semaine entière avant d'atteindre enfin la grotte dont parlait le vieux Hans, et ont finalement trouvé la sangsue mutante. Le jeune a aidé la fille à s'installer à l'intérieur de la grotte. Sous le couvert de la nuit, il se dirigeait seul vers le repaire des fourmis flamboyantes.

 

Ce n'est qu'au crépuscule, le troisième jour, que le jeune est revenu. La petite fille était tranquillement assise à l'entrée de la grotte, attendant son retour. On ne savait pas depuis combien de temps elle était assise là.

 

Cette nuit-là, les sourcils de la jeune fille étaient sillonnés alors qu'elle se servait de ses petites dents blanches comme neige pour déchirer la chair blanche et claire de la fourmi qui était aussi dure que le caoutchouc. La chair de fourmi était à la fois dure et malodorante, mais elle mâchait et avalait sérieusement. Même le liquide collant à ses doigts était léché.

 

Dans les profondeurs de la grotte, le jeune homme a commencé à traiter ses blessures sous le couvert de l'obscurité. Les blessures étaient si profondes que même ses os étaient visibles.

 

La sangsue mutante qui avait aspiré suffisamment de sang frais est sortie du bol de porcelaine et s'est glissée sans bruit dans le bassin. Il s'est immergé dans l'eau sale et a laissé derrière lui un demi bol d'eau claire.

 

Un seul voyage jusqu'au nid de fourmi a nécessité trois jours. Par conséquent, la vie du jeune, de la petite fille et de la sangsue tournerait autour de ces trois jours. Le processus était comme un cycle, recommençant tous les trois jours.

 

Trois ans plus tard, la sangsue est morte.

 

Une fois de plus, indépendamment de tout changement, le soleil se levait à nouveau.

 

Le jeune et la petite fille se tenaient côte à côte à l'entrée de la grotte. Les vents forts soufflaient à travers leurs couvertures en lambeaux et, de temps en temps, un morceau de tissu tombait.

 

"On devrait trouver un autre endroit où vivre." La voix du jeune à toujours été douce mais décisive. L'attrait précédent de sa voix était maintenant devenu beaucoup plus grand.

 

La fille avait maintenant grandi jusqu'à la poitrine du jeune homme. Elle s'est appuyée contre le corps du jeune homme et a enveloppé la couverture autour de son corps. D'une voix douce, elle murmura, "J'ai peur".

 

"N’ai pas peur. Je te protégerai." La voix du jeune homme était ferme et résolue. Quant à la confiance qu'il avait vraiment, lui seul le savait.

 

Le jeune homme a apporté avec lui quatre fourmis flamboyantes qu'il a soigneusement sélectionnées. Le vieux Hans avait déjà dit que de tels articles se vendraient à bon prix dans les zones habitées, et de bons prix impliquaient qu'ils auraient de la nourriture et de l'eau propre à boire. Il avait appris de son expérience dans les mines que les objets de valeur ne pouvaient pas être transportés en excès, sinon cela poserait des problèmes.

 

Le jeune homme marchait devant, et la fille suivait en s'accrochant au coin de ses vêtements. La vue des deux marchant à travers la terre désolée donnait un sentiment de désespoir.

 

Yorktown était une zone habitée qui ne s'était développée qu'au cours des dix dernières années. Il y avait déjà cinq à six cents personnes vivant dans cette petite ville. Les bars, les hôtels, les restaurants, les épiceries et les cliniques étaient alignés les uns après les autres. Il y avait même un shérif qui montait la garde pour maintenir l'ordre public, la mitrailleuse qu'il portait soulignant encore plus sa présence.

 

Ce jour-là, un grand personnage était arrivé à Yorktown, de sorte que certaines des personnalités influentes de la ville avaient quitté la ville pour accueillir l'invité. Ceux qui n'avaient pas les qualifications pour accompagner ce groupe discutaient avec enthousiasme de cette grande figure, même s'ils ne savaient même pas si cette figure était masculine ou féminine. Par conséquent, aucun des résidents n'a porté une attention particulière aux jeunes qui venaient d'entrer dans la petite ville.

 

Le boucher de la ville exploitait également l'unique auberge de la ville. Après avoir reçu une lame de fourmi flamboyante de haute qualité, il est devenu extrêmement heureux, offrant au jeune homme et à la petite fille une chambre ainsi qu'un dîner gratuit. Bien sûr, s'il voulait des marchandises à faible coût, une seule lame de fourmi flamboyante ne suffisait pas.

 

Le jeune homme a permis à la fille de se reposer dans la pièce. Cependant, il a apporté avec lui les lames de fourmis flamboyantes restantes et a quitté l'auberge. Il avait entendu dire que ces choses pouvaient être vendues à des prix encore meilleurs sur les marchés. Avant de partir, le jeune homme a soigneusement disposé un mécanisme discret près de la porte de la pièce.

 

D'après le sourire artificiel du boucher, le jeune homme avait déjà deviné qu'il pourrait y avoir des ennuis, mais il ne s'attendait pas à ce qu'ils arrivent si tôt. Dès qu'il a franchi une intersection, il a été arrêté par deux personnes. D'après les clubs de bois carrés qu'ils tenaient sans cesse, il était évident qu'ils n'étaient pas venus avec de bonnes intentions.

 

"Hé, morveux ! J'ai entendu dire que vous avez des lames de fourmis flamboyantes à vendre. Notre chef veut discuter !"

 

Le jeune a hésité, mais il a quand même suivi les trois individus jusqu'à une petite ruelle isolée. Il est ensuite entré dans une grande maison qui pouvait encore être considérée comme relativement intacte.

 

Le chef se sentait plutôt satisfait lorsqu'il regarda le jeune homme la tête baissée. "Gamin ! Vous pouvez m'appeler Viper. J'ai entendu dire que vous avez des lames de fourmis flamboyantes. Bien, peu importe combien vous en avez, je les veux toutes. C'est votre récompense !"

 

Le jeune homme regarda la miche de pain qui roulait jusqu'à ses pieds et se pencha lentement pour la ramasser. En même temps, il lança les trois lames de fourmis flamboyantes sur le sol.

 

Lorsqu'il se leva de nouveau, il remarqua que les trois individus n'avaient aucune intention de le laisser partir. Les clubs en bois étaient encore agressivement tenus dans leurs mains.

 

Viper se leva et sortit un pistolet à canon unique fabriqué à la main et rit malicieusement. "Vous savez comment vous comporter et vous adapter aux circonstances. À l'origine, je vous aurais laissé en vie après avoir complété cette transaction. Cependant, le majordome m'a dit que vous avez amené une petite fille à la peau claire. En fait, je ne suis pas le chef, mais plutôt le commandant en second. Le chef s'appelle Black Bear, et il est probablement en train de grimper et descendre énergiquement le corps de cette petite fille en ce moment même ! Que puis-je faire ? Le corps du leader est sur le point de muter, et il aime les petits enfants. Très bien, jeune homme, je devrais vous tuer ! J'espère que la fille ne sera pas morte avant que j'arrive !"

 

A ce moment précis, les oreilles du jeune homme, qui étaient couvertes de bandages, entendirent soudain un faible bruit. C'est le son qui était créé lorsque la pièce métallique qu'il a placée dans sa chambre s'est cassée. Ce genre d'onde sonore à haute fréquence n'était pas quelque chose que les oreilles des gens ordinaires pouvaient capter.

 

Il a soudainement levé la tête. Même si son visage était profondément caché dans l'ombre de la couverture, son œil gauche brilla soudainement. C'était comme si une flamme verte s'était allumée !

 

"Toi...." Viper criait de peur. À la fin des cris, le bruit fort de tirs résonna dans la pièce. La balle a brisé la dernière fenêtre intacte, et l'odeur de poudre à canon a immédiatement rempli cet endroit.

 

Le jeune homme enveloppé dans une couverture noire était comme un fantôme, apparaissant soudainement à l'entrée de l'auberge du boucher.

 

<< Livre 1 Prologue 3/? - Si la vie était encore comme lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois                                                                                      Livre 1 Prologue 5/? - Si la vie était encore comme lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois >>

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 07/05/2018

×